Exemple de réussites

Ramzi Ahmed Yousef

Condamné

Ramzi Ahmed Yousef était le cerveau de l’attentat terroriste à la bombe du World Trade Center à New York en 1993, qui a fait six morts et plus de mille blessés. Yousef et ses assistants ont conduit une camionnette pleine d’explosifs dans le sous-sol du World Trade Center. Dans les heures qui ont suivi l’attentat, Yousef s’est échappé dans un avion à destination du Pakistan.

Yousef a refait surface aux Philippines où il était occupé à ourdir un complot terroriste complexe. Yousef envisageait d’assassiner le pape Jean-Paul II le 14 janvier 1995, lors de sa visite aux Philippines et de faire sauter 12 avions de ligne américains en Asie juste quelques jours après. Le complot était, dans son ensemble, connu sous le nom de « Oplan Bojinka », un terme qui, traduit en argot arabe, signifie « opération explosion » ou « opération Big Bang ». Yousef était clairement le cerveau de l’Oplan Bojinka, mais parmi d’autres protagonistes clés de ce complot figuraient Wali Khan Amin Shah, Abdul Hakim Murad, Khalid Shaikh Mohammad (l’oncle de Yousef et le cerveau des attentats du 11 septembre) et Hambali – tous membres d’Al-Qaida.

Dans le cadre du complot, cinq terroristes devaient, les 21 et 22 janvier 1995, placer, au cours du premier vol, des explosifs à bord de 12 avions de ligne à destination des États-Unis, avec escales en Asie de l’Est et du Sud-Est, et ensuite débarquer avant que les avions ne soient simultanément détruits au-dessus de l’océan Pacifique. Chacun des cinq terroristes devait embarquer à bord d’un second ou même d’un troisième vol, jusqu’à ce qu’un engin explosif assemblé soit placé dans tous les 12 avions. Le bilan des morts pour cette phase du plan était estimé à plus de 4 000.

Heureusement, Yousef et ses associés ont commis des imprudences qui ont conduit à leur perte. Le 6 janvier 1995, Yousef et Murad ont été forcés d’évacuer leur appartement à Manille, après qu’un mélange chimique eut créé un nuage de fumée qui s’échappait des fenêtres. Yousef a demandé à Murad de retourner dans l’appartement pour y récupérer un ordinateur portable et d’autres preuves incriminantes. Toutefois, quand Murad est arrivé à l’appartement, il s’est retrouvé face à la police qui était déjà arrivée sur place. Yousef, réalisant que Murad avait été attrapé, a fui au Pakistan.

En février 1995, un informateur, voyant une boîte d’allumettes du RFJ et motivé par la récompense, s’est rendu à l’ambassade des États-Unis à Islamabad, au Pakistan et a fourni des informations sur le lieu où se trouvait Yousef. Le 7 février 1995, les autorités pakistanaises, aidées d’agents de la sécurité du service diplomatique du Département d’État des États-Unis, ont arrêté Yousef à Islamabad, au Pakistan et l’ont extradé aux États-Unis. Yousef est actuellement en prison au Colorado. Les quatre autres principaux terroristes de l’Oplan Bojinka ont également été arrêtés.